Bienvenue sur le site de la paroisse Saint-Hildevert !

 

 

ATTENTION

 

Afin de continuer à respecter les nouvelles mesures de confinement

 

Les messes anticipées du dimanche  au samedi soir à 18h30 sont supprimées jusqu’à nouvel ordre

 

Horaires des messes des dimanches à venir

9h30 à Ferrières

11h00 à Neuf-Marché

Infos Paroissiale

Partage pour le temps du Carême – 2ème semaine

 

 

 

2ème semaine :  Savoir écouter !

(§48) S’asseoir pour écouter une autre personne, geste caractéristique d’une rencontre humaine, est un paradigme d’une attitude réceptive de la part de celui qui surmonte le narcissisme et reçoit l’autre, lui accorde de l’attention, l’accueille dans son propre cercle. Mais « le monde contemporain est en grande partie sourd.. Parfois, la rapidité du monde moderne, la frénésie, nous empêchent de bien écouter ce que dit l’autre. Et au beau milieu de son dialogue, nous l’interrompons déjà et nous voulons répondre alors même qu’il n’a pas fini de parler. Il ne faut pas perdre la capacité d’écoute. » Saint François d’Assise « a écouté la voix de Dieu, il a écouté la voix du pauvre, il a écouté la voix du malade, il a écouté la voix de la nature. Et il a transformé tout cela en un mode de vie. Je souhaite que la semence de saint François pousse dans beaucoup de cœurs. »

( §55 ) J’invite à l’espérance qui « nous parle d’une réalité qui est enracinée au plus profond de l’être humain, indépendamment des circonstances concrètes dans lesquelles il vit. Elle nous parle d’une soif, d’une aspiration, d’un désir de plénitude, de vie réussie, d’une volonté de toucher ce qui est grand, ce qui remplit le cœur et élève l’esprit vers les grandes choses comme la vérité, la bonté et la beauté, la justice et l’amour. L’espérance est audace, elle sait regarder au-delà du confort personnel, des petites sécurités, pour s’ouvrir à de grands idéaux qui rendent la vie plus belle et plus digne. »

 

  1. Qu’est-ce qui m’empêche d’écouter l’autre, les autres ?
  2. Comment favoriser plus d’écoute et de dialogue dans nos familles, dans nos lieux de travail, dans l’Eglise, dans nos lieux de vie ?
Infos Paroissiale

Partage pour le temps du carême – 1ère semaine de Carême

 

A partir de la lettre encyclique du Pape François

 « Fratelli tutti » –  « Tous frères »

 

1ère  semaine : un désir de fraternité.

(§1) « Fratelli tutti », écrivait saint François d’Assis, en s’adressant à tous ses frères et sœurs, pour leur proposer un mode de vie au goût de l’Evangile. Parmi ses conseils, je voudrais en souligner un par lequel il invite à un amour qui surmonte les barrières de la géographie et de l’espace. Il déclare heureux celui qui aime l’autre « autant lorsqu’il serait loin de lui comme quand il serait avec lui ». En quelques mots simples, il exprime l’essentiel d’une fraternité ouverte qui permet de reconnaître, de valoriser et d’aimer chaque personne indépendamment de la proximité physique, peu importe où elle est née ou habite.

(§8) Je forme le vœu qu’en cette époque que nous traversons, en reconnaissant la dignité de chaque personne humaine, nous puissions tous ensemble faire renaître un désir universel d’humanité. Tous ensembles : « Voici un très beau secret pour rêver et faire de notre vie une belle aventure. Personne ne peut affronter la vie de manière isolée. Nous avons besoin d’une communauté qui nous soutient, qui nous aide et dans laquelle nous nous aidons mutuellement à regarder de l’avant. Comme c’est important de rêver ensemble !  (…) Rêvons en tant qu’une seule et même humanité, comme des voyageurs partageant la même chair humaine, comme des enfants de cette même terre qui nous abrite tous, chacun avec la richesse de sa foi ou de ses convictions, chacun avec sa propre voix, tous frères.

 

  • Et moi ? Quel est mon vœu pour le monde et l’humanité aujourd’hui et demain ?
  • Par quels moyens peut-on s’aider les uns les autres à « regarder de l’avant » et « rêver ensemble » ?

 

 

Semaine sainte

En directe du presbytère – Carême 2021

 

Bonjour à tous et à chacun !

Voici que commence le temps du carême. L’Église nous invite à nous mettre en route vers Pâques !

Chaque année il nous est donné d’entrer dans cette belle démarche de conversion pour orienter plus encore nos cœurs vers l’amour lumineux et vivifiant du Seigneur.

« Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle ! » Ces mots nous sont adressés au moment où nous recevons les cendres en signe d’humilité et de confiance. A ceux qui se tournent vers Dieu, source de vie et d’amour, dans la foi, l’espérance et la charité, il est donné de devenir enfants de Dieu. Nous en ferons mémoire au jour de Pâques en laissant se raviver notre joie.

Mais comment allons-nous vivre ces 40 jours à venir ?  Quels moyens allons-nous prendre pour faire de ce temps privilégié un vrai moment de conversion par lequel nous nous ferons plus proches de Dieu et de nos frères ?

Je vous propose plusieurs moyens pour « prendre soin » de notre vie de baptisés, dans la relation à notre Seigneur, à nous-mêmes et à nos frères. Tout est lié !

*

Prendre soin de ma relation à Dieu :  le carême nous invite à consacrer du temps  à la prière, à des moments de rencontre intime et personnelle avec le Seigneur. Les circonstances actuelles font que nous sommes plus souvent obligés de rester chez nous ! Pourquoi ne pas en profiter pour passer un peu plus de temps à l’oraison, à la prière.  Et pourquoi ne pas nourrir notre prière en méditant la Parole de Dieu ? Je vous invite à prendre l’évangile de St Marc  – celui qui accompagne cette année liturgique 2021 – et à le lire du début jusqu’à la fin tout au long de ce carême, en suivant ainsi Jésus du début de sa mission en Galilée jusqu’au moment de sa Passion à Jérusalem. Cet évangile qui commence justement par ces paroles de Jésus : « convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle ».  Un petit passage lu et médité chaque jour, au moment que vous choisissez, en laissant les paroles reposer en soi dans une attitude d’accueil : « Seigneur, je suis prêt à te suivre et à t’écouter. Conduis-moi sur le chemin ! »

Vous pourrez aussi utiliser les livrets de carême mis à votre disposition à l’église ( Magnificat ou CCFD) et vous aider des multiples propositions que l’on trouve sur internet. Je vous signale entre autres que vous pouvez trouver chaque jour sur le site web du Diocèse de Rouen une courte méditation à partir d’un texte biblique.

Prendre soin de mon cœur blessé par le péché :  le carême nous invite à faire la vérité en nous-mêmes et à reconnaître que nos cœurs sont trop souvent loin de Dieu, de l’amour et de la justice qu’il nous invite à vivre envers notre prochain.  Reconnaître son péché ne peut se faire qu’à la lumière de la miséricorde divine qui nous a été révélée si pleinement dans la mort et la résurrection du Christ Jésus. Le jeûne et la prière sont des moyens pour nous aider à « revenir au Père » et recevoir la grâce inépuisable du pardon qui fait vivre.

Chaque samedi de carême il sera possible de venir prier pendant un temps d’adoration eucharistique à la chapelle du presbytère de Gournay de 11h à 12h. Un prêtre sera présent au presbytère pour donner le sacrement du pardon.

Prendre soin de ses frères et sœurs :  le carême nous invite à des gestes de partage et à la solidarité avec nos frères qui vivent des situations de pauvreté matérielle, morale et/ou spirituelle. Le Pape François nous a adressé dernièrement une longue lettre encyclique sur la fraternité, « Fratelli tutti » – « Tous frères ». Il invite à développer cette fraternité en s’appuyant sur la parabole du Bon Samaritain dans l’évangile de St Luc. La rencontre, l’écoute, la bienveillance, l’amitié sociale, la justice, sont les multiples facettes de la fraternité humaine qui trouve son fondement dans le Christ, venu pour que tous nous ayons « la vie en abondance ».

Chaque semaine de carême vous pourrez trouver sur la feuille paroissiale du dimanche ou sur le site internet  un extrait de cette lettre du Pape avec deux questions pour alimenter votre réflexion.

La période que nous vivons nous incite à différents gestes de fraternité auprès des personnes souffrant de la solitude et de l’isolement : visite aux personnes seules ; appels téléphoniques ; invitation à un repas en famille ; petits services à rendre…   Nous serons bien sûr sollicités lors de la quête en faveur des projets de développement soutenus par le CCFD  ( quête du 5e dimanche de carême ) et pour le geste de partage en faveur de nos frères de l’Église en Syrie par le biais de Mgr Samir Nassar qui nous communique régulièrement des nouvelles de la situation toujours très difficile là-bas.

« Nous vous exhortons à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de Dieu », écrit l’apôtre Paul (2Co.6,1)   Entrons avec tout notre cœur dans ce temps du carême en répondant à l’appel du Seigneur.

Bien fraternellement à chacun !

Père Christophe

Infos Paroissiale

En direct de Syrie – Message de Mgr Samir Nassar

 

 

Carême 2021

 

LE NAUFRAGE D’UNE BARQUE

 

 

Il semble que la guerre syrienne soit le drame le plus cruel qu’ait vu le monde depuis la deuxième guerre mondiale.

Après le recul des violences, une guerre économique des plus dures s’installe pour étouffer tout espoir et doubler la souffrance du petit peuple.

 

Une scène chaotique :

  • – 950 000 morts ont plongé dans le deuil et l’instabilité familiale.
  • – Plus de 200 000 disparus dont deux évêques et quatre prêtres, un cauchemar des parents et des amis qui ignorent le sort de leurs bien-aimés…
  • – 13 000 000 de réfugiés plongent la Syrie dans l’angoisse et l’incertitude.
  • – 95 000 mains coupées et pieds amputés ou paralysés créant un problème épineux à conséquences psychologiques et médico-sociales si lourdes…
  • – 2 500 000 logements démolis ou détruits. Des ruines qui prolifèrent les scènes des villes mortes.
  • – Le blocus et les sanctions étouffent surtout le petit peuple privé de l’aide de sa nombreuse diaspora. L’effondrement de la monnaie locale, l’inflation galopante et le Covid-19 font le reste.

 

Qu’il est facile et rapide de détruire un pays et très difficile et si lent de le reconstruire…

Devant ces scènes de désolation l’Église de Syrie bien que minoritaire ne se  résigne pas à un rôle de spectateur.

Elle lance un Synode de renouveau et contribuant, à la lumière de l’Esprit, apporte une présence et un témoignage dans les domaines : de la santé, de l’éducation, de la pastorale des jeunes, de la médiation familiale, de l’accompagnement des foyers fragiles, du soutien aux plus démunis et des soirées d’adoration.

 

Ce petit peuple qui gère ses problèmes et soigne ses blessures en silence crie au Seigneur :

« Maitre, cela ne te fait rien que nous périssions ? » Marc 4, 35

 

Si le monde oublie la Syrie, le Seigneur veille

et ne laissera pas couler la barque…

 

 

+ Samir Nassar – Archevêque Maronite de Damas

 

Carême 2021 Samir Nassar